Premier site portail de  l'Outre-mer : Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion, TOM

A DECOUVRIR

Beeliz : échange de services entre particuliers...
Votre site ici : Pour la promotion gratuite de votre site...
Retour à l'index du Forum

Implication de chaque Martiniquais et Guadelo  
Auteur : Antoine
Date :    30-11-2008 à 13:08:03


Implication de chaque Martiniquais et Guadeloupéen dans la vie de son île.

Nous avons les pieds sur le sol de notre île, mais la tête ailleurs. Les plus âgés avaient et ont pour certains la tête en France, presque tout leur raisonnement et espérances sont basés sur la France. Ils ont le désir de ressembler au plus près à la France, ils voyaient pour certains et voient pour d'autre dans la France le modèle salutaire. Vouloir vivre comme en France, alors que nous sommes en Martinique et en Guadeloupe. Nous avons ainsi adopté un système de vie qui ne s'accorde pas avec nos îles, mais plus encore avec la vie même de la planète terre. Ou en sommes-nous aujourd'hui ?

Hélas, aujourd’hui nous n’avons pas beaucoup progressé vers une implication dans notre ile. Certains me diront que j’exagère et noircis le tableau.
Non, je n’exagère en rien. A la question ; aujourd’hui vivons nous en harmonie avec la nature et les réalités naturelles de nos iles ? La réponse est hélas NON.

Voici quelques exemples :

Le premier concerne la préparation à faire face à un séisme majeur. Sommes-nous prêts ? NON, à chaque secousse, nous sommes nombreux à faire tout et n’importe quoi pour tenter de rester en vie, pourquoi ? Simplement parce que la préparation n’est pas suffisante, nous faisons de la sensibilisation et non de la préparation. Prenons l’exemple du Japon qui ne fait pas de la sensibilisation mais de la préparation, les exercices sont quotidiens dans les écoles, bâtiments publics et privés etc. De ce fait, les gestes qui sauvent deviennent des réflexes acquis tout comme la conduite automobile. Si nous voulons vraiment nous préparer et sauver des vies, nous devons procéder à des exercices quotidiens. La mise aux normes des bâtiments publics et autres trainent en longueur également. Si un séisme majeur se produisait aujourd’hui, pensez-vous que les bâtiments scolaires abritant vos enfants sont aux normes et sécuriseront vos rejetons ? Je salue les initiatives du genre « les journées réplik », c’est bien, mais une semaine par an ce n’est pas suffisant, il faut que ce soit quotidien pour les raisons que j’ai évoqués plus haut.

Deuxième exemple, le risque cyclonique, sommes-nous prêts à faire face a un ouragan majeur ? NON. Combien sommes-nous à posséder une trousse de secours, faire des réserves d’eau, de denrées non périssables etc. ? Pour évaluer notre manque de préparation, il suffit d’observer les comportements dans les hyper et supermarchés à l’annonce d’un ouragan, nous nous ruons dans les rayons au dernier moment alors que nous avions tout le temps avant. Nous observons les mêmes comportements dans les stations services. Là aussi, nous devons faire de la préparation et non pas de la sensibilisation.

Troisième exemple, la pollution. Beaucoup d’entre nous ne respectons pas la nature. Dans les quatre coins de l’île nous rencontrons des dépôts sauvages d’ordures et encombrants. Nous nous comportons comme si la Martinique n’était pas notre lieu de vie, cela équivaut presque à faire de nos maisons des « décharges sauvages ». Mais combien d’entre nous transformons nos maisons en décharge sauvage ? A mon avis je n’en connais aucun, parce que nous avons le respect de la propreté dans nos maisons. Mais alors, pourquoi se comporter comme des pollueurs sans vergogne dès que nous sommes à l’extérieur de nos maisons ? A mon sens, c’est un manque de respect de notre île du fait d’un manque d’implication dans la vie de celle-ci. Nous vivons ici avec les pieds en Martinique, mais la tête ailleurs, nous vivons notre vie quasiment par procuration devant la tv, les journaux, internet etc. Nous sommes plus souvent au fait d’évènements se déroulant ailleurs que ceux qui se déroulent chez nous. Nous avons souvent cette impression que ce qui se fait chez nous est de moindre valeur et qu’il faut avoir sans cesse les yeux rivés sur un ailleurs d’où on a l’impression que le salut viendra.

Certains ont les yeux rivés sur la France, d’autres sur les USA, la Jamaïque etc. La France c’est surtout les plus âgées d’entre nous, les USA et la Jamaïque c’est surtout nos jeunes. Ils ont malheureusement souvent les pieds sur la terre de Martinique et Guadeloupe, mais la tête sur la côte ouest des USA par exemple, langage, tatouage, comportements, la conduite automobile avec le siège abaissé, le gun, les chaines en or et tenue vestimentaire (chaud) annoncent la couleur. Ils veulent vivre comme les gars de la côte ouest. Les conséquences sont là, pas assez d’implications dans les réalités de notre île.

Quatrième exemple ; à noël il suffit de regarder la décoration à base de neige artificielle, traîneau, sapin et autres alors que la neige n'existe pas aux Antilles. Autrement dit, depuis gamin notre regard est dirigé ailleurs, nous avons les pieds dans les îles, mais la tête ailleurs. Donc, ne soyons pas étonnés de voir des jeunes avec des pull et sweat à capuche sous un soleil de plomb.

D'autres exemples sont là pour nous rappeler que nous manquons d'implication dans les réalités de notre île, parmi ceux-ci ; la préparation d'une autosuffisance alimentaire et une autosuffisance énergétique, la gestion de l'eau (la non construction de barrages et retenues d'eaux), le foncier, l'émergence de nouveaux métiers en rapport direct avec nos réalités géographiques. Ces questions essentielles pour nous, passent après les querelles politiciennes et les festivités, alors qu'en tant qu'insulaires ces questions devaient être prioritaires. Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'en impliquant pas un individu dans ce qui est la réalité d’où il vit, il dévalorise ce qui l’entoure pour valoriser d'autres représentations venues d'ailleurs.

Ce que nous faisons chez nous à du mal à être valorisé, mais une fois qu'il passe par la case France ou ailleurs, il obtient un "label" qui lui permet d'être valorisé chez nous. Le cas du chanteur Cyril est un exemple type, décrié par beaucoup en Martinique, il a suffi qu'il soit reconnu au niveau de la France pour ensuite être reconnu par le plus grand nombre de Martiniquais. Dans les autres corps de métier le constat est le même.

Après le constat de la « non-implication », il s'agit de mettre en place une ou plusieurs stratégies qui serviront à impliquer le plus grand nombre. A mon sens, la plus efficace des solutions reste le porte à porte ou corps a corps, chaque citoyen doit être abordé individuellement, car chaque individu est unique. Je suis conscient que c'est un grand chantier, mais nous avons tout intérêt à le faire. Les campagnes médiatiques ont une portée limitée, pour la raison que je viens d'évoquer. A l'instar de certains groupes religieux et partis politiques lors d'élections qui font du porte à porte pour convaincre, c'est possible d’adopter cette stratégie afin de tenter de convaincre chaque individu de s'impliquer à son niveau dans les réalités de son ile.

Chaque individu doit être valorisé, car il à besoin de l'être, la valorisation par l'implication est très efficace. Je reste à la disposition des citoyens qui voudraient prendre part à la mise en place d’un plan d’action dans chaque quartier.

Antoine BRACAT

[url]http://www.desorientes.com[/url]

Retour à l'index du Forum

Attention ! : Sont supprimés tous les messages publicitaires ou commerciaux.
Ajouter une réponse à ce message
Nom : *
Email :
Titre : *
DiablotinFumeurGros sourireSourireDuClin d'oeuilCouteau dans la tteDbileVraiment pas contentJ'hallucineHsiteTire la langueOhPerduPleureTrop coolSourisDuFuck it !Le clownGros sourire

| Url | Email | Gras | Italique | Soulign |
CAPTCHA Image
retapez le texte ci-contre


[ Autre image ]
Me prévenir par email
 

Forums de discussion de l'Outre-mer - Forum des Guadeloupéens - Forum des Guyanais - Forum des Martiniquais, Forum des Réunionnais - Guadeloupe, Martinique, Guyane, ile de la Réunion, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, St Pierre et Miquelon, Mayotte, Polynésie, Wallis et Futuna.